ISABELLE MASCLET

Equi-Comportementaliste / Equicienne

Passionnée, amoureuse des chevaux depuis ma plus tendre enfance, ils n’ont cessé de faire partie de mon quotidien. J’ai pratiqué diverses disciplines en compétitions avec mes chevaux telles que le CSO (Concours de Sauts d’obstacles), le dressage avec une participation au championnat de France, le CEE (Concours Complet d’Equitation) et pour finir le spectacle équestre en me perfectionnant dans la monte sans mors, en cordelette.

Au fil des années, j’ai compris que pour avoir une bonne relation avec un cheval, pour être en harmonie avec lui ou encore pour avoir de meilleurs résultats en compétitions, c’est bien plus qu’une question de technique ! C’est avant tout une compréhension de ce qu’il est, savoir l’observer, avoir conscience de notre langage corporel, savoir gérer nos émotions. Que ce soit à côté du cheval ou sur son dos, le cheval est notre miroir, il perçoit et ressent tout ! Le moindre battement de cils, la moindre contraction musculaire, la moindre accélération du rythme cardiaque, tous ces micros signes peuvent venir le perturber, peuvent parasiter la communication et ainsi la relation avec lui.

C’est également savoir être ferme avec justesse et sans colère,  savoir donner, demander et relâcher au bon moment, maîtriser ses émotions.

Tout cela je l’ai appris et je souhaite le transmettre afin de vous amener à avoir une meilleure relation avec votre cheval.

De formation supérieure (Master) en gestion des ressources humaines et en ingénierie de la formation professionnelle, ma carrière s’orientait plus vers le conseil auprès des entreprises pour les accompagner dans la construction, la mise en place de politiques de formation en vue de faire monter en compétence leurs salariés. Ces expériences m’ont apporté notamment des compétences en relations humaines, en psychologie, en élaboration d’outils pédagogiques ainsi qu’une connaissance en gestion et politique d’entreprise.

Puis, je décide de concilier ma passion et mes valeurs humaines pour me former au métier d’équicienne (au centre Equit’AideHandi-Cheval Lorraine). Ce métier est un point de départ, une base, qui m’a guidé dans mon parcours avec les chevaux. Grace à lui, j’ai pu comprendre mon histoire et il me permet de consolider ma connaissance des chevaux, notamment sur le plan éthologique (éthologie scientifique), d’appréhender le handicap et d’acquérir des compétences dans le cadre de l’ingénierie et la gestion de projet d’action sociale. Ayant conscience que rien n’est jamais acquis et que rien n’est fixe avec le vivant, j’actualise quotidiennement mes connaissances humaines et équines.

Après une expérience en tant qu’aide éducatrice au sein d’un IME (Institut Médico-Educatif) où j’ai pu rencontrer et accompagner des enfants en situation de handicap visuel ou déficience visuelle avec ou sans troubles associés ; Et ainsi partager le quotidien de ces enfants en les aidant à réaliser les gestes de la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, habillage, repas, déplacements), en les accompagnant lors de diverses activités de développement moteur et/ou sensoriel (sport, natation, musique, équicie et autres), je fonde le 7 février 2019 Pause Cheval – Chuchoteur de Bien-être afin de mettre à votre service mes compétences d’équicienne et d’équi-comportementaliste.

Passionnée, amoureuse des chevaux depuis ma plus tendre enfance, ils n’ont cessé de faire partie de mon quotidien. J’ai pratiqué diverses disciplines en compétitions avec mes chevaux telles que le CSO (Concours de Sauts d’obstacles), le dressage avec une participation au championnat de France, le CEE (Concours Complet d’Equitation) et pour finir le spectacle équestre en me perfectionnant dans la monte sans mors, en cordelette.

Au fil des années, j’ai compris que pour avoir une bonne relation avec un cheval, pour être en harmonie avec lui ou encore pour avoir de meilleurs résultats en compétitions, c’est bien plus qu’une question de technique ! C’est avant tout une compréhension de ce qu’il est, savoir l’observer, avoir conscience de notre langage corporel, savoir gérer nos émotions. Que ce soit à côté du cheval ou sur son dos, le cheval est notre miroir, il perçoit et ressent tout ! Le moindre battement de cils, la moindre contraction musculaire, la moindre accélération du rythme cardiaque, tous ces micros signes peuvent venir le perturber, peuvent parasiter la communication et ainsi la relation avec lui.

C’est également savoir être ferme avec justesse et sans colère,  savoir donner, demander et relâcher au bon moment, maîtriser ses émotions.

Tout cela je l’ai appris et je souhaite le transmettre afin de vous amener à avoir une meilleure relation avec votre cheval.

De formation supérieure (Master) en gestion des ressources humaines et en ingénierie de la formation professionnelle, ma carrière s’orientait plus vers le conseil auprès des entreprises pour les accompagner dans la construction, la mise en place de politiques de formation en vue de faire monter en compétence leurs salariés. Ces expériences m’ont apporté notamment des compétences en relations humaines, en psychologie, en élaboration d’outils pédagogiques ainsi qu’une connaissance en gestion et politique d’entreprise.

Puis, je décide de concilier ma passion et mes valeurs humaines pour me former au métier d’équicienne (au centre Equit’AideHandi-Cheval Lorraine). Ce métier est un point de départ, une base, qui m’a guidé dans mon parcours avec les chevaux. Grace à lui, j’ai pu comprendre mon histoire et il me permet de consolider ma connaissance des chevaux, notamment sur le plan éthologique (éthologie scientifique), d’appréhender le handicap et d’acquérir des compétences dans le cadre de l’ingénierie et la gestion de projet d’action sociale. Ayant conscience que rien n’est jamais acquis et que rien n’est fixe avec le vivant, j’actualise quotidiennement mes connaissances humaines et équines.

Après une expérience en tant qu’aide éducatrice au sein d’un IME (Institut Médico-Educatif) où j’ai pu rencontrer et accompagner des enfants en situation de handicap visuel ou déficience visuelle avec ou sans troubles associés ; Et ainsi partager le quotidien de ces enfants en les aidant à réaliser les gestes de la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, habillage, repas, déplacements), en les accompagnant lors de diverses activités de développement moteur et/ou sensoriel (sport, natation, musique, équicie et autres), je fonde le 7 février 2019 Pause Cheval – Chuchoteur de Bien-être afin de mettre à votre service mes compétences d’équicienne et d’équi-comportementaliste.

Je vais vous faire une confidence :

 » Nous rencontrons tous dans notre vie, un cheval qui nous bousculera, qui nous forcera à nous remettre en question. J’ai eu la chance de le rencontrer. Il m’a emmené au plus profond de mon être, il m’a fait rencontrer mes peurs, mon orgueil, mon Ying et mon Yang, j’ai failli renoncer aux chevaux alors que je venais de terminer ma formation au métier d’équicienne. Mon amour pour les chevaux, mon amour pour ce cheval, était tellement fort qu’il m’a permis de rebondir après un temps de retrait. Pour réussir avec lui, j’ai dû tout mettre à plat, faire la part des choses, ce qui nous a permis de trouver notre chemin, la méthodologie qui nous correspondait et surtout reprendre confiance en moi. Avant lui, jamais je n’ai eu peur d’un cheval, plus les chevaux étaient difficiles, plus ils m’attiraient.  Mais lui, il était différent. J’ai compris, qu’il n’y a pas de recette magique avec le vivant. Ce qui fonctionne avec l’un ne fonctionne pas forcément avec l’autre. Les chevaux nous demandent de nous adapter continuellement à eux. Il était si fort que si j’employais la force, alors une longue bataille aurait commencé avec fin funeste pour l’un d’entre nous. C’est un cheval pour qui, être avec l’humain, travailler n’avait pas de sens. Je savais que jamais je n’obtiendrais quelque chose de lui si j’employais la force. Il m’a fallu mettre du cadre, négocier, utiliser à la fois le renforcement positif (cliker training) et le renforcement négatif… Ainsi, le travail s’est progressivement transformé en un instant de jeux auquel il a pris goût. D’une relation contre, nous sommes passés à une relation où nous étions partenaire. Avant, il m’accueillait en me montrant ses fesses avec ses oreilles en arrière, après il venait de lui-même vers moi, les oreilles en avant. Allez, on y va ! Aujourd’hui, nos routes se sont séparées, je suis heureuse qu’il ait pu trouver sa mission de vie. »


Grâce aux formations, aux diverses expériences, quand je rencontre un cheval, je l’observe, je cherche à le comprendre, je cherche à savoir comment il fonctionne, quel est son tempérament, son degré d’émotivité et de sensibilité tactile, je me questionne. J’observe son environnement, la façon dont on interagit avec lui, puis je relie mes observations à mes connaissances éthologiques, à mon expérience, à ma vision des choses afin de comprendre pourquoi il a ces troubles de comportements et pour pouvoir mettre en place des actions en but d’améliorer la situation.

Isabelle MASCLET